Les prix de l’immobilier ont enregistré une hausse de 14,41 % à Lyon en 2019. Cette hausse indéniable cache pourtant un ralentissement et un certain essoufflement des tarifs du m² qui semblent avoir atteint leur plafond de verre dans les arrondissements les plus chers. Toutefois, le marché immobilier local se démarque par une impressionnante fiabilité. Le classement par quartier révèle un dynamisme du secteur avec de réelles opportunités d’investissement. A priori, les tendances de l’immobilier à Lyon de 2019 devraient se poursuivre en 2020. Mais, des changements majeurs peuvent subvenir à tout moment.

Les tendances de l’immobilier à Lyon, des prix et des ventes en perte de vitesse

En 2018, les ventes immobilières ont enregistré une baisse au plan national et dans la ville de Lyon. Les prix ont également augmenté moins vite sur la même période. Ils ont continué à croître, mais avec un net ralentissement. Néanmoins, la baisse de taux de 2019 a changé légèrement la tendance, sans pour autant révolutionner le marché de l’immobilier lyonnais. Les tarifs du m² semblent avoir atteint leur plafond dans certains quartiers de Lyon. Ils se négocient aujourd’hui au dessus de 5 000 € dans plus de la moitié des arrondissements selon les tendances de l’immobilier à Lyon. Cela dépasse largement les montants auxquels les clientèles souhaitent acquérir leur logement. Cela se traduit par la baisse de la demande et un affaiblissement de la hausse des prix. Un redémarrage du marché immobilier lyonnais au premier trimestre de cette année reste hypothétique. Les vendeurs ne peuvent donc pas compter sur une accélération de la hausse des prix dans les prochains mois. Les tendances de l’immobilier à Lyon laissent plutôt envisager une certaine stabilité des tarifs. Toutefois, une légère progression des prix pourrait intervenir en cas de dynamisme inattendu du marché de l’immobilier à Lyon et une nouvelle baisse des taux d’intérêts.

Les tendances de l’immobilier à Lyon, une offre relative

Les tendances de l’immobilier à Lyon dépendent également de l’équilibre entre l’offre et la demande. En effet, les acquéreurs se bousculent dans la ville. Mais, ils n’existent pas suffisamment de biens pour les satisfaire. Cela se traduit par une hausse des prix immobiliers. Toutefois, un coup d’arrêt s’observe depuis 2018. Même si les tarifs continuent d’augmenter, les acheteurs ne semblent plus prêts à toutes les folies pour s’octroyer les biens de leurs rêves. Cette période d’incertitude laisse envisager une baisse ou une stabilité des prix immobiliers à Lyon. En effet, les acquéreurs se rabattent sur les quartiers périphériques de Lyon où les tarifs restent plus abordables. Cela explique une hausse sensible des prix dans les arrondissements lyonnais autrefois considérés comme pas chers. Les tendances de l’immobilier à Lyon prévoient une importante augmentation des tarifs du m² dans ces agglomérations environnantes. Toutefois, le dynamisme de Lyon intéresse un grand nombre de professionnels, commerçants et marques qui recherchent de plus en plus à implanter leurs bureaux ou leurs boutiques à Lyon. En matière d’immobilier de commerce à Lyon, Actimo a réalisé le souhait de très grandes enseignes sur des emplacements très recherchés en plein cœur de Lyon mais également en périphérie.

Les tendances de l’immobilier à Lyon, un marché local fiable

Le marché de l’immobilier à Lyon repose sur une dynamique endogène. Cela lui confère une solidité et une fiabilité remarquables. Selon les statistiques officielles, 60 % des acquisitions s’effectuent par des locaux. 91 % d’acheteurs immobiliers proviennent de Lyon, du département du Rhône ou de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Quant aux investisseurs franciliens, ils représentaient uniquement 4,2 % en 2018. Ces chiffres révèlent la stabilité du marché immobilier lyonnais. Les tendances de l’immobilier à Lyon reposent donc sur des données fiables. Si des acquéreurs parisiens prenaient d’assaut la région, le secteur pourrait rapidement connaitre un nouveau souffle. Mais, cette éventualité reste peu envisageable d’ici 5 ans. Les tendances de l’immobilier à Lyon dépendent de ce caractère endogène du marché local.

Les tendances de l’immobilier à Lyon, un marché non spéculatif

La durée de détention des appartements enregistre des records. Cette période passe de 8 ans et 10 mois en 2008 à 10 ans et 10 mois en 2018. Ces tendances de l’immobilier à Lyon s’observent également au niveau des maisons. Leurs propriétaires les conservent pour au moins 13 ans et 4 mois. Cela a bien évolué comparativement aux 11 ans et 8 mois calculés en 2008. Toutes ces données confirment que le marché immobilier lyonnais n’est pas un marché spéculatif. Cela justifie que les prix immobiliers peinent à baisser véritablement à Lyon. Les acheteurs restent conscients qu’ils parviendront toujours à revendre le bien acquis avec des bénéfices intéressants. Mais, ils souhaitent généralement se procurer leurs maisons et appartements pour les conserver pendant quelques années.

Les tendances de l’immobilier à Lyon, un classement des quartiers édifiant

Les tendances de l’immobilier à Lyon s’apprécient également à travers le prix au m² par quartier. Les fortunés peuvent rêver d’un appartement ou d’une maison à la Presqu’île et aux alentours du parc de la Tête d’or. Dans ces quartiers les plus chers de Lyon, les prix moyens du m² oscillent respectivement entre 4 850 et 5 080 euros. Ils peuvent aussi opter pour le quartier Point du jour. Mais, cette localité enregistre un problème d’accessibilité.

Le classement montre un marché très dynamique avec des quartiers qui connaissent des hausses spectaculaires du prix au m2. Ainsi, le quartier des Pentes grimpe de la 5ème à la 2ème position de cette liste avec le m² qui coûte 5339 euros pour un appartement. Cela prouve bien que des surprises peuvent intervenir à tout moment et bouleverser les tendances de l’immobilier à Lyon. De même, le plateau de la Croix-Rousse figure dorénavant à la 3e place du palmarès alors qu’il était préalablement 11e. Le mètre carré y coûte environ 5271 euros. Quant au quartier Charlemagne, et plus particulièrement le il comptait parmi les quartiers les moins chers de Lyon. Désormais, le second arrondissement de Lyon trône à la 1e place du classement avec une moyenne de 6730 euros. Selon les tendances de l’immobilier à Lyon, le prix du m² variera entre 2 800 et 4 000 euros en 2019 dans les arrondissements peu chers comme le 9ème arrondissement de Lyon. La Duchère représente actuellement le quartier le moins cher de Lyon. Le prix du m² y coûte 2 980 euros. Elle constitue le seul quartier où le tarif a enregistré une baisse en 2018 mais avec une hausse de plus de 28% en 2019. Ce classement montre bien le dynamisme du marché immobilier lyonnais. Les tendances de l’immobilier à Lyon prévoient une stabilité ou une légère hausse des prix du m² dans les quartiers les plus chers. Par contre, ces tendances de l’immobilier à Lyon laissent plutôt planer une certaine incertitude dans les agglomérations les moins chères. Les tarifs au m² peuvent s’envoler ou demeurer statiques.

Les tendances de l’immobilier à Lyon, où investir ?

Selon les tendances de l’immobilier à Lyon, les acquéreurs s’intéressent généralement à l’accessibilité et aux prix du m². Sur la base de ces différents paramètres, les professionnels estiment que Gerland et la Part-Dieu représentent les quartiers les plus attractifs actuellement. Vous pouvez y effectuer des achats immobiliers en toute sécurité, car Lyon fera toujours partie des villes où acheter de l’immobilier en France pour optimiser ses revenus. Selon les tendances de l’immobilier à Lyon, ils devraient rapidement connaitre un essor similaire à celui du quartier Charlemagne. Ces mêmes tendances de l’immobilier à Lyon estiment le prix du m² à Gerland à 3 320 euros. Ces quartiers en pleine mutation représentent une aubaine pour les investisseurs.